Cendres (1904)
de Stefan Żeromski

Un des plus grands classiques de la littérature polonaise réédité pour la première fois depuis 1930

COMMANDER LE LIVRE EN TELECHARGEANT LE BON DE COMMANDE
ou chez amazon ou chez Pumbo.fr
bientôt à la Fnac
Image de couverture : Chevau-Légers de la Garde impériale ; l'escadron de l'île d'Elbe
illustration par Jan Chelmiński (1851-1925) pour son livre L'Armée du Duché de Varsovie, Paris 1913



Cendres (Popioły, 1904) le roman majeur de Stefan Żeromski (1864-1925), retrace l'odyssée de deux jeunes nobles polonais dans la tourmente napoléonienne, l'aventure et le sang, l'héroïsme et la désillusion, l'amour et la mort.


EXTRAIT : Qui est-ce qui s'approche ? Qui vient vers lui ? Il connaît cet homme. Par Dieu il l'a déjà vu ! Une figure pâle et mystérieuse, la lune disparaissant derrière des nuages. Des yeux qui brillent soudain et puis s'éclipsent dans l'ombre pour y guetter comme des lions en embuscade... Des litières, des paillasses, des matelas, des couvertures, de la terre nue se soulèvent des débris d'humanité, des têtes fracassées, des corps transpercés, sans force, s'appuyant sur les coudes ; les gorges desséchées jettent un cri de joie :
- Vive l’empereur !
Christophe se souleva. Ce mouvement sembla rompre quelque chose dans ses entrailles. Il s'assit sur sa couche, terriblement pâle, ruisselant de sueur, la bouche pleine de sang. Ses yeux se fixèrent comme des griffes sur celui qui approchait. Ils l'arrêtèrent sur place.
- Sire ! articula Cedro. Les yeux sombres du chef se plongèrent dans ceux de Christophe. Sa figure calme, comme forgée d'un métal inconnu, resta tournée vers lui, l'air sévère et attentif.
- Que désires-tu ? demanda-t-il d'une voix sourde et froide.
- Si je meurs... dit Cedro en français d'une voix calme, le regardant dans les yeux avec une fierté intrépide.
- A quelle arme appartiens-tu ? l'interrompit-il.
- Lancier polonais.
- De sous Tudela ?
- Oui.
- Ton nom ?
- J'ai quitté ma maison paternelle... croyant que c'était pour ma patrie... Maintenant... en terre étrangère... Dites que ce n'est pas en vain... que c'est pour ma patrie... Sire Sire

Les yeux froids et silencieux se plongèrent dans le regard ardent, plein d'amour douloureux. Immobile, pensif, Napoléon songeait: Qui sait ? Peut-être aperçut-il dans ces yeux inspirés l'âme de sa propre jeunesse. Peut-être les neiges rosées de Monte Oro, les pins du promontoire de Monte Rotondo, la rive rocailleuse de l'île baignée de l'écume de la mer agitée apparurent-ils à ce moment à ses yeux. Peut-être pesait-il dans la balance son amour corse de la liberté contre la couronne de souverain de peuples étrangers et le sceptre de Charlemagne. Peut-être soupirait-il du regret de ce qui s'était envolé de son âme, avait été détruit et dispersé par les tourmentes comme des fleurs mortes et desséchées, peut-être pleurait-il sa jeune âme fière et droite, tourmentée par les malheurs de sa patrie.
- Vive la Pologne voulut crier Cedro tombant sans force sur sa couche, mais il ne le cria pas, ces paroles tombèrent en gémissement de ses lèvres inondées par une vague de sang qui jaillit de sa bouche. L'empereur resta encore un long moment à le contempler d'un regard de pierre. Enfin, portant: la main à son chapeau, il fit :
- Soit.


SOMMAIRE DU LIVRE

PREMIÈRE PARTIE
DANS LES MONTAGNES
CARNAVAL
EN PÉNITENCE
UNE NUIT D'HIVER
PRINTEMPS
SOLITUDE
LES ARBRES DE GRUDNO
L'EXÉCUTION
CHIESA AUREA
LE SORT DU SOLDAT
LA CACHETTE
MANTOUE






DEUXIÈME PARTIE
A VARSOVIE LA PRUSSIENNE
GNOSE
LA LOGE DE L'APPRENTI
LA LOGE DE LA PROFANE
LA-BAS
PAR MONTS ET PAR VAUX
LA FENÊTRE DES ROCHERS
LA PUISSANCE DE SATAN
LA PLAINE
LE RETOUR
UN ORIGINAL
L'ALCYON
TOT, UN MATIN
A LA GUERRE LOINTAINE
LE COUP DE L'ÉTRIER
JAZ
LA NUIT ET LA MATINÉE
EN ROUTE
L'ANNÉE NOUVELLE
TROISIÈME PARTIE
LA VOIE IMPÉRIALE
AU-DELA DES MONTAGNES
SIEMPRE EROICA
L'ESCARMOUCHE
VISIONS
SUR LES BORDS DE LA RAWKA
A VARSOVIE
LE CONSEIL
DANS LE VIEUX CHATEAU
SANDOMIERZ
LA CHAMBRE D'ANGLE
AU PIED DE LA LYSICA
LA MAISON
LA PAROLE D'HONNEUR













   Retour accueil Généalogie Pologne